Alsace: non à la remise en cause du concordat

En Alsace- Moselle quand l’observatoire de la Laïcité (Etat) voudrait bien faire une entorse au statut des enseignants de religion et toucher ainsi au Concordat…

L’enseignement du fait religieux, dans les trois départements concordataires du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, est un avantage culturel certains pour les élèves du Premier Degré. Depuis plusieurs années maintenant, la participation à ces cours ne revêt plus un caractère « obligatoire » puisque les parents ont la possibilité de désinscrire leur enfant (en répondant par « non » à la proposition d’inscription au cours de religion) le choix est possible d’inscrire ou non son enfant.

Mais le problème vient de l’Observatoire de la laïcité qui, dans son dernier compte-rendu, essaie de détourner l’esprit du Concordat ! La manœuvre est habile : si, actuellement « l’heure de religion » fait partie de l’emploi du temps des élèves, l’Observatoire de la laïcité préconise tout simplement de rendre cette matière facultative : elle ne doit plus faire partie de l’emploi du temps officiel… Quid de la matière ? Quid des intervenants de religion ?

Le Scenrac s’élève vigoureusement contre cette remise en cause et demande à tous les collègues , confrontés à la méconnaissance du « fait religieux » et les dérives sectaires qui peuvent en découler, de manifester leur soutien aux collègues d’ECR en Alsace-Moselle.

Cet enseignement, loin de prôner l’orthodoxie et les fausses vérités, permet à chacun de faire une lecture critique et objective des principales religions et philosophies qui inspirent bon nombre de nos concitoyens.

Le SCENRAC s’associera à l’initiative d’une réunion d’information organisée par le SNALC le : 18 Juin à 18.00 H au Lycée Louis COUFFIGNAL (Salle Heinrich) à Strasbourg

 

et convie les collègues à en faire autant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *