Enseignant un métier de « privilégiés » en France ?

Si l’on en croit le discours à la mode dans certains milieux, les enseignants seraient une catégorie socio professionnelle protégée et privilégiée. En effet, ceux-ci ne travailleraient que 18.00 heures/semaine, profiteraient de longs mois de vacances dont deux mois pendant l’été, ils seraient absents (ou malades) pour un oui ou un non et pour un salaire confortable. De plus, ils ne sont pas soumis à la peur du chômage. Continuer la lecture

Congé de formation professionnelle des enseignants, urgent !

Ce congé peut être pris par une personne titulaire ou non titulaire à condition d’être en activité au moment de la demande ou en disponibilité ou congé parental et ne pas avoir bénéficié  déjà d’un congé de formation de douze mois.

La demande se fait  dans beaucoup d’académies  avant  fin  janvier  mais dans d’autres académies c’est beaucoup  plus tôt  car chaque académie est libre de ses dates. Continuer la lecture

Mutations inter second degré

Le BO N 4 du 7 novembre,  précise les modalités  principales  pour les  mutations inter académiques qui sont à caractère national contrairement aux mutations intra académiques  qui peuvent avoir des critères académiques.

– Ouverture du serveur du 14 novembre à  midi au 3 décembre à midi. Les demandes de première affectation, de mutation et de réintégration devront, sous peine de nullité, être formulées par l’outil de gestion Internet dénommé « I-Prof » rubrique « Les services/SIAM » ou, à titre exceptionnel, au moyen des imprimés téléchargeables à l’adresse suivante : www.education.gouv.fr/iprof-siam Continuer la lecture

A propos de la énième réforme sur les retraites

Le projet de réforme des retraites présenté le 27 Août dernier par le Premier ministre s’inscrit dans la lignée des réformes de 2003 et 2010. Ce projet  a été voté dans ses grandes lignes en octobre à l’Assemblée Nationale mais à une courte majorité. Il est examiné depuis le 28 octobre au Sénat.

Pour la CFTC Education, deux mesures sont particulièrement injustes et inacceptables :
– une nouvelle augmentation des cotisations salariales de 0,3 %, puis + 0,15 % en 2014 et 0,05 les années suivantes.
– un nouvel allongement de la durée de cotisation pour prétendre à une retraite à taux plein à partir de 2020 : 42 annuités contre 41 en 2012, 43 ans prévu en 2035 !
Il faut rappeler qu’en 2008, 40 annuités suffisaient et même 37 ans et demi pour les fonctionnaires jusqu’en 2003 ! Continuer la lecture